Vous êtes ici

Carnet de voyage : A la découverte des pur-sang arabes de Jordanie

Lieu: 
Jordanie

Carte: 

Description du voyage: 

Alors la Jordanie ?

Après 4h environ de vol, nous voilà donc à Amman. Notre voyage débute par la visite du haras royal. Les écuries royales sont conduites par la princesse Alia Bint Al-Hussein, fille aînée du défunt roi Hussein. On y préserve les différentes lignées de sang des chevaux pur-sang arabes de Jordanie. Nous sommes accueillis par le directeur du haras, le Major Muhammad Ali Raza. Le roi Hussein a confié les rênes du haras royal à la princesse Alia dans les années 80. Aujourd'hui, environ 250 chevaux occupent les écuries. Nous arrivons dans l’aire de show où nous sont présentés 2 à 3 représentants de chaque lignée, ces lignées sont au nombre de sept.

Notre prochaine étape nous amène sur les bords de la Mer Morte, 422 mètres en-dessous du niveau de la mer ! Alimentée par le Jourdain, elle est en danger car son niveau baisse d’un mètre par an.  Piscines, bar, restaurant, transats et, en fond d’écran, un sublime paysage de la rive ouest et des montagnes de la Cisjordanie.

Le lendemain, direction Petra. Quelques trois heures de route nous séparent de la cité nabatéenne. Le paysage lunaire qui nous accompagne nous rappelle que nous sommes ici en Terre Sainte. Un panneau nous indique que nous sommes proches de Béthanie, là où Jean-Baptiste baptisa Jésus. Plus loin, le mont Nébo où il est dit que se trouve le tombeau de Moïse… Nous pénétrons en début d’après-midi sur le site historique découvert il y a seulement deux siècles par un explorateur suisse et inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1985. Mo, notre guide francophone, nous raconte l’histoire de la cité. Un long et étroit canyon (un kilomètre environ), le Siq, nous amène jusqu’au premier joyau (et le plus connu aussi) : Al-Khazneh (le Trésor).

A l’entrée de la ville, un dispensaire pour les équidés a été ouvert par la princesse Alia. Un panneau atteste que, chaque mois, les chevaux et ânes opérant sur le site sont inspectés, soignés, et incite les visiteurs à signaler aux autorités tout manquement de la part des loueurs envers leurs animaux (coups, blessures, etc.). Une belle initiative !

Retour à l’histoire : les fondateurs, des commerçants nabatéens, puis les Grecs et enfin les Romains (qui entraînèrent le déclin de la cité) s’y succédèrent, chacun avec leur fibre architecturale constructrice. Un thé plus tard, nous crapahutons accompagnés des Bédouins et de leurs rires vers le Monastère. Nous sommes en fin de journée, le soleil va se coucher et nous regagnons l’entrée de la cité. Demain,  nous serons à cheval…

Nous arrivons vers midi aux portes du désert du Wadi Rum, à l’extrémité sud du pays. Awad et son équipe nous attendent. Aied sera notre guide à cheval dans le désert. Première rencontre avec nos compagnons de route : immense bonheur que la rencontre avec Nassim, petite jument arabe baie, confortable, du sang, un pas formidable et indépendante : un régal ! Nous traversons les grandes vallées de sable bordées de djebels aux nuances et aux formes fantastiques. Les soirées autour du feu laissent aux histoires le temps d’être contées. Les « camels » sont une institution et nombre de ces histoires racontent les rivalités et faits héroïques passés auprès des dromadaires. Pas, trot, galop, nous varions les plaisirs pour gravir, entre autres délices, une immense dune de sable rouge. Au sommet, une vue magique du paysage minéral. De vrais instants d’éternité.

A l’heure de se quitter, il y a fort à parier que nous garderons tous un bout de ce désert dans la tête. La Jordanie, par la saveur de son peuple et de ses paysages, ne quitte pas votre tête, ni votre cœur et ne vous donne qu’une envie : y retourner…

 

Caval&go – Voyages inédits à cheval

Tel: +33 (0)9 80 32 90 42 - Email: contact@cavalngo.com - www.cavalngo.com

Photos du voyage: