Séances de travail | Horse Academy

Vous êtes ici

Séances de travail

Mots-clés
REF HA78, musculation du cheval, musculation du dos cheval, amélioration du galop, amélioration de la propulsion, améliorer la connexion avec le cheval, connexion cheval cavalier
Intermédiaire

Cette séance vous permet d’assister à la préparation de Ratina, une jument très qualiteuse, mais un peu délicate dans son physique et son comportement. La vidéo a été tournée à l’époque où la jument venait d’arriver dans le piquet de chevaux de Pénélope Leprévost. Depuis, Ratina s’est avérée être une excellente jument de concours puisqu’elle a participé à de nombreuses épreuves du circuit international cinq étoiles, avec notamment une victoire dans le Grand prix de Cannes sous la selle de Pénélope Leprévost.

Améliorer la locomotion du cheval

Avant de commencer la compétition avec sa nouvelle cavalière, Ratina est restée quelques mois au travail aux écuries Michel Robert.  Il s’agissait surtout d’améliorer son dressage et surtout sa locomotion car la jument avait tendance à se désorganiser dans son galop et à ne pas supporter les contraintes liées à la présence d’un cavalier sur son dos. Pour améliorer son potentiel sportif, il était donc nécessaire de lui redonner confiance et d’obtenir un galop bien cadencé et plus délié.

Savoir composer avec le tempérament de chaque cheval

Michel a une très grande expérience de ces chevaux délicats. Pour lui, c’est toujours un peu la même problématique : le cheval est d’accord pour coopérer, mais à condition de rester dans sa zone de confort en évitant les douleurs liées à un physique un peu fragile. Comme le fait remarquer Michel : « Les chevaux ont une certaine manière de voir les choses et c’est à nous d’aller dans leur sens pour pouvoir exploiter tout leur potentiel. Ce qui est passionnant avec des chevaux sensibles et dans le sang comme Ratina, c’est que les réactions sont immédiates et nous pouvons rapidement savoir si nous sommes ou non dans la bonne direction ».

Renforcer le corps et le mental du cheval

Pour tenir compte du tempérament et du physique du cheval, il est préférable privilégier le travail à pied pour libérer le cheval du poids du cavalier. Lorsque le cheval retrouve sa liberté de mouvement, il est beaucoup plus à l’écoute et prêt à coopérer.
Cette séance est particulièrement instructive car elle vous permet d’observer le travail de connexion effectué par Michel : sa place par rapport au cheval, sa gestuelle, sa voix, l’alternance entre les demandes un peu fortes et les temps de relâchement… Tout cela est savamment dosé pour concilier exigence et compréhension. Ici, Michel travaille très proche du cheval. Cela lui permet de mieux canaliser l’énergie de la jument, tout en imposant un certain niveau de contraintes. Dans cette situation, le longeur doit bien entendu être particulièrement attentif à sa position par rapport au cheval de manière à se tenir hors de portée des postérieurs.
Pour renforcer le physique de Ratina, il faut une fois encore refaire fonctionner et muscler son dos. Nous savons que si l’énergie ne circule pas correctement le long de la ligne du dessus, le cheval n’est pas capable d’utiliser correctement son corps pour porter son cavalier. D’où l’intérêt du travail à pied : libérer et muscler le dos du cheval pour refaire fonctionner le mouvement. Lui faire accepter un peu de contraintes sans générer de blocages et de défenses...

Durée: 
9 min
Mots-clés
HA116, calme à l'abord, mise sur hauteur, améliorer ses abords, position à l'abord, controle à l'abord, contrôle de la réception, contrôle mental à l'abord
Intermédiaire

L’objectif du jour est de rester en harmonie avec le cheval jusqu’à la battue de départ du saut, sans pousser, tirer ou s’agiter comme le font les cavaliers trop préoccupés par leurs distances au détriment de la qualité du galop et de leur position.
Nous savons que, généralement, plus le cavalier se rapproche de l’obstacle, plus son niveau de stress augmente et plus il est tenté d’intervenir, souvent en multipliant les gestes inutiles. Ces derniers n’ont pour effet que de perturber le cheval, de nuire à la qualité du saut et de conduire à la faute. Un mauvais abord produisant aussi une mauvaise réception, il devient alors difficile d’enchaîner un autre obstacle dans de bonnes conditions.
Heureusement, comme Michel nous le démontre une fois de plus, il existe des solutions simples et efficaces pour surmonter toutes ces difficultés. On s’aperçoit qu’il n’est pas si difficile de rester serein et délié dans son corps, y compris lorsque les obstacles montent, dès lors que l’on est capable de réaliser le petit travail sur soi même qu’il propose avec cette nouvelle séance…

Véronique Bartin se prête à l’exercice avec sa jument Alizée. La leçon commence par quelques sauts sur des cavaletti disposés en cercle. Dans un premier temps, Michel fait remarquer à Véronique qu’elle cherche trop à intervenir pour régler sa distance et que cela empêche sa jument de se préparer à la fois mentalement et physiquement pour bien sauter. La cavalière doit au contraire savoir accompagner les mouvements du cheval quelle que soit la foulée qui se présente. Grâce aux conseils de Michel, Véronique comprend qu'il est préférable de se préoccuper prioritairement de sa position et de son cheval. Petit à petit, l’harmonie s’installe entre la cavalière et sa jument. Les abords deviennent réguliers, la jument s'articule de mieux en mieux sur ses sauts... on s’aperçoit que monter les obstacles devient facile. En fin de séance, Véronique nous fait part de ses nouvelles sensations...

Durée: 
12 min
Mots-clés
REF HAET7-R, mise en main, incurvation, travail sur le plat, dressage, independance des aides, Assouplissement du cheval, musculation du cheval, appuyer, épaule en dedans, hanches en dedans
Intermédiaire

Lors des deux premières parties de cette séance, Michel nous a montré comment assouplir la musculature et les articulations du cheval tout en affinant la connexion. Dans un premier temps, il s’agissait de travailler l’incurvation et la mise en main tout en favorisant la propulsion et le mouvement en avant. Une fois le cheval installé dans la bonne attitude, Michel a commencé le travail sur deux pistes avec la mobilisation des hanches et des épaules. La priorité étant d’obtenir le bon mouvement avec un minimum d’actions et de contrainte. Cela suppose, une fois encore, que le cavalier sache céder au moindre début de réponse positive de la part du cheval. On constate que malheureusement cette consigne n’est pas toujours respectée. Sans ces phases de cession indispensables à la bonne compréhension des demandes, ces exercices d’assouplissement peuvent rapidement devenir contre- productifs. Toutes les actions en force avec un cavaliers tordu sur la selle comme on le voit trop souvent sont à proscrire totalement. D’où la nécessité pour le cavalier de surveiller sa position pour être capable d’agir dans la légèreté… et, dans un premier temps, de se contenter de peu et de récompenser beaucoup.

L’objectif de cette troisième phase de la séance est d’associer l’incurvation, la mise en main et le travail sur deux pistes, notamment avec les déplacements en appuyer. Michel vous explique comment bien fonctionner dans votre corps, bien positionner vos aides et dans quel état d’esprit ce travail doit être abordé. Vos chevaux seront toujours partants pour réaliser ce type d’exercices difficiles dans la mesure où vous leur laissez le temps de comprendre et d’organiser leur corps pour répondre positivement à vos demandes.

Pour cette leçon, Michel effectue la démonstration avec Terry, un cheval d’obstacle qu’il monte pour la première fois et assez peu routiné dans ce type de travail sur le plat. Même si Michel pratique ces exercices depuis de très nombreuses années, on s’aperçoit qu’il est facile d’obtenir l’adhésion du cheval dès lors que le cavalier respecte certaines priorités. D’où l’intérêt de bien vous imprégner des images qui vous sont présentées car elles vous permettront d’avoir une vision bien claire de qu’il faut rechercher en terme de comportement du cavalier et du cheval. 

Durée: 
5 min 30
Mots-clés
REF HA110-2, contrôler un cheval chaud, contrôle à l'obstacle, aborder un obstacle, controle de l'allure, calme, galop régulier, contrôler le cheval sans tirer, améliorer la connexion avec le cheval, contrôler dans le relâchement
Intermédiaire
Vénus est très "qualiteuse" et volontaire, mais elle a aussi beaucoup de sang et d’énergie, ce qui n’est pas toujours facile à gérer pour sa cavalière. Véronique rencontre en effet quelques problèmes de contrôle, notamment dans les tournants et à l’abord des obstacles : son cheval «dérape» dans les tournants, accélère à l’abord des obstacles, passe au-dessus de la main... Lors de la première partie de cette séance, nous avons vu comment composer avec le tempérament de la jument sans altérer le bon fonctionnement de ses mouvements. La méthode proposée par Michel a porté ses fruits sur le plat et sur des cavalettis. La jument s’est peu à peu relâchée et Véronique parvient à canaliser son énergie tout en respectant le mouvement en avant.  Il s’agit maintenant d’obtenir le même résultat sur un obstacle un peu plus haut. Nous savons que généralement plus les obstacles montent, plus cela déclenche un surcroît d’énergie chez le cheval et des perturbations mentales chez le cavalier.
L’objectif est donc de laisser le cheval sauter en lui permettant d’utiliser son encolure et sa ligne du dessus pour obtenir un saut rond et délié, tout en conservant le contrôle à l’abord et à la réception. 
La difficulté avec un cheval trop chaud est que le cavalier a souvent la tentation de vouloir «garder» jusqu’à la battue de départ, la plupart du temps en s’accrochant aux rênes. Cette situation a pour effet de gêner la locomation du cheval et de l’empêcher d’utiliser son corps pour s’articuler au-dessus de l’obstacle. Au final, on obtient, non seulement un mauvais saut, mais aussi une mauvaise réception. Le cheval ayant en effet tendance à échapper au contrôle de son cavalier pour se libérer de la contrainte que lui impose ce dernier. 
Il est donc indispensable de trouver le bon dosage entre les phases de demandes et les phases de relâchement. Pour cela, la solution proposée par Michel s’avère efficace pour la jument qui finit par sauter sans se précipiter dans les barres et en restant dans une attitude propice à un bon saut.

La leçon se poursuit sur un vertical que Michel va monter petit à petit. Véronique s’aperçoit qu’il n’est pas nécessaire d’agir en permanence pour obtenir un bon contrôle de sa jument. En fait, il s’agit de composer avec le tempérament très chaud de Vénus en lui permettant d’utiliser tout son potentiel physique et mental sans pour autant se laisser déborder par son trop-plein d’énergie. On s’aperçoit que la solution que propose Michel est parfaitement accessible à tous et facile à mettre en œuvre...

Le ressenti de Véronique suite à cette séance :
«J’ai ressenti qu’en laissant plus de liberté à Venus toutes les 2 ou 3 secondes, la jument chauffait moins et restait plus constante et connectée à moi. Pour cela, j’ai dû me donner un rythme d’action-relâchement assez rapproché, pour que cela fonctionne avec elle. Le plus dur a été de relâcher, même quand Venus tirait ou n’était pas disponible, ce qui m’a permis de prendre conscience que l’on pouvait relâcher avant même d’avoir obtenu quelque chose ou un résultat de sa part. De cette manière, j’ai obtenu ce que je voulais au départ : régularité et stabilité.
Bravo et merci à Michel !!!»
Véronique Bartin
Durée: 
12 min
Mots-clés
REF HA110, contrôler un cheval chaud, contrôle à l'obstacle, aborder un obstacle, controle de l'allure, calme, galop régulier, contrôler le cheval sans tirer, améliorer la connexion avec le cheval, contrôler dans le relâchement
Intermédiaire

La jument de Véronique est de nature assez chaude et manque de stabilité dans son comportement. Elle est très souvent distraite par ce qui se passe autour d’elle, plus particulièrement en concours. De ce fait, elle change beaucoup d’attitude : elle peut être très haute ou au contraire un peu enfermée vers le bas, passer derrière la jambe ou charger à l’abord des obstacles. L’objectif du jour est donc de rendre Vénus plus à l’écoute de sa cavalière et pouvoir la garder dans les aides sans casser son envie de bien faire et sa joie de vivre. Michel propose une solution qui porte rapidement ces fruits et permet de mettre Véronique et sa jument dans de bonnes dispositions avant de commencer à sauter...

Durant cette première partie de la séance, Michel fait travailler Véronique et sa jument sur le plat suivi de quelques sauts sur une barre au sol et un cavaletti. L’idée est d’installer les bons réflexes chez la cavaliére pour obtenir un meilleur contrôle de la jument sans lui imposer de contraintes excessives qui ne feraient que renforcer son caractère un peu «bouillonnant» et sa tendance à vouloir échapper au contrôle du cavalier.

Le ressenti de Véronique suite à cette séance :
"J’ai ressenti qu’en laissant plus de liberté à Venus toutes les 2,3 secondes, la jument chauffait moins et restait plus constante et connectée à moi. Pour cela , j’ai dû me donner un rythme d’action-relachement assez rapproché, pour que cela fonctionne avec elle. Le plus dur a été de relâcher, même quand Venus tirait ou n’était pas disponible, ce qui m’a permis de prendre conscience qu’on pouvait relâcher avant même d’avoir obtenu quelque chose ou un résultat de sa part. De cette manière, j’ai obtenu ce que je voulais au départ : régularité et stabilité.
Bravo et merci à Michel !!!"
Véronique

 

Durée: 
12 min 50
Mots-clés
REF HAEA7-R, mise en main, incurvation, travail sur le plat, dressage, independance des aides, Assouplissement du cheval
Intermédiaire

L’objectif est d’obtenir le contrôle du cheval en mobilisant ses hanches et ses épaules dans la légèreté et la compréhension. Lors de la première partie de cette séance, nous avons vu comment obtenir une attitude juste en travaillant avec un cheval incurvé sur les courbes et les lignes droites. Il s’agit maintenant d’affiner la connexion en améliorant le contrôle du cheval. Comme le disait Nuno Oliveira : lorsque l’on contrôle la position des quatre pieds du cheval sur le sol, on peut alors contrôler son corps tout entier.

Dans cette deuxième partie de séance, Michel nous explique comment déplacer les hanches du cheval par des actions brèves et précises. Là encore, on cherche une réponse positive du cheval à partir d’une demande la plus légère possible. Pour cela, le travail doit être effectué dans une position du cavalier souple et relâchée, attitude indispensable pour éviter les incompréhensions, les blocages et les défenses chez le cheval. 

Dans cet exercice, le cavalier va devoir utiliser ses jambes de façon dissymétrique. Ce travail est donc, non seulement une bonne gymnastique pour le cheval, mais aussi un excellent exercice d’indépendance des aides pour le cavalier. 
Rappelons que ce travail devra bien entendu être dosé et adapté en fonction de l’âge et de l’expérience du cheval. 

L’exercice de début de séance avait permis d’inciter le cheval à venir se poser sur son mors dans la décontraction. Michel va maintenant nous montrer comment positionner et utiliser nos aides pour mobiliser les hanches du cheval tout en conservant cette bonne attitude du cheval dans le mouvement en avant et sur un tracé précis…

Durée: 
4 min 10
Mots-clés
REF HAEA6-R, mise en main, incurvation, travail sur le plat, dressage, independance des aides, Assouplissement du cheval
Intermédiaire

Ce travail préparatoire sur le plat est particulièrement efficace pour inciter le cheval à venir se poser sur son mors dans le calme et la décontraction. Basé sur des demandes simples, il permet d’obtenir très facilement une attitude juste avec un minimum de contraintes de la part du cavalier.

Il doit d’ailleurs constituer la base de la préparation du cheval quel que soit le travail qui sera effectué durant la séance. Là encore, Michel insiste sur la nécessité de rechercher en priorité la bonne compréhension et un fonctionnement dans le sens du cheval. Pour cela, il est indispensable de prendre son temps en commençant aux allures lentes. Le cavalier pourra ainsi mettre en place les bons codes de communication sans avoir à gérer les éventuels problèmes de position et de déséquilibre liés à la vitesse ou à un cheval un peu trop frais. Quand à ce dernier, il pourra s’installer dans la bonne attitude grâce à des demandes claires et respectueuses de son physique.

Dans un second temps, nous verrons comment ce travail de mise en main permet de bien préparer la suite du programme et notamment les exercices sur deux pistes : épaules en dedans, déplacement des hanches…

Cette leçon correspond à la fiche A6 du programme Training 1 (recto)

Pour cette séance, Michel travaille avec Terry, un cheval qu’il monte pour la première fois. Il nous détaille comment bien positionner nos aides et fonctionner dans le sens du cheval. Les séquences au ralenti de Michel effectuant l’exercice aux différentes allures permettent de bien visualiser et de mémoriser l’attitude recherchée tant chez le cavalier que chez le cheval. 

Durée: 
4 min
Mots-clés
REF HA109, parcours d'obstacles, mise sur la hauteur, amélioration des tournants, amélioration de la propulsion, améliorer ses abords, propulsion à l'obstacle
Intermédiaire

Après avoir mis en place les bonnes attitudes tant chez le cavalier que chez le cheval, les conditions sont maintenant réunies pour monter les barres et enchainer un parcours dans un climat de confiance.
Pour Sélène, l’élève de Michel, la priorité est de rester parfaitement symétrique dans sa position de manière à bien encaisser chaque saut tout en préparant ses réceptions et la suite du parcours. 
Au final, l’objectif est de conserver un galop le plus régulier possible entre les obstacles et notamment à l’abord. Pour de nombreux cavaliers, il en effet très tentant de prendre la première foulée qui se présente et de faire "décoller le cheval sur une longue". C’est au contraire en gardant un cheval compact et en ordre jusqu’à la battue de départ que le saut devient confortable et que la confiance s’installe. Michel a mis en place un dispositif qui oblige sa cavalière à rester présente "à tous les postes de commande"…

La préparation à laquelle vous avez assisté lors de la première phase du travail a donc permis à Sélène d’obtenir un cheval, cadencé, rond et sur la main. Les quelques défenses de ce dernier et les petits défauts de position observés en début de séance ont maintenant disparus. Il s’agit de conserver ces bonnes attitudes sur un enchainement composé d’obstacles isolés, d’une ligne et d’une combinaison. Après quelques sauts d’échauffement, Sélène peut réaliser l’ensemble de l’enchainement. Michel insiste sur l’importance de retrouver une bonne position après chaque saut avant d’intervenir pour régler l’abord de l’obstacle suivant.
Au final, Sélène réalise une très belle démonstration de l’exercice, notamment grâce à son regard perpendiculaire qui lui permet de rester parfaitement en place, à la fois physiquement et mentalement. Donc de belles images de référence à conserver dans la tête de tous les cavaliers…

Durée: 
12 min
Mots-clés
REF HA108, parcours d'obstacles, mise sur la hauteur, amélioration des tournants, amélioration de la propulsion, améliorer ses abords, propulsion à l'obstacle
Intermédiaire

Nous savons que les défauts de position du cavalier génèrent des contractions et des réactions de défense chez le cheval. Les mauvaises habitudes qui consistent à se pencher à l’intérieur du tournant ou encore l’usage excessif de la rêne extérieure sont, à ce titre, particulièrement préjudiciables à la libre circulation de l’énergie et au bon fonctionnement de la ligne du dessus du cheval. D’où les attitudes au-dessus de la main, les imprécisions de tracé, le manque de propulsion à l’abord des obstacles… et l’impossibilité de réaliser un parcours dans de bonnes conditions.
Lors de précédentes leçons, Michel nous a expliqué comment remédier à ces problèmes par un travail de préparation sur le plat, barres au sol et cavalettis (vous trouverez de nombreux exercices d'entraînemnent dans le programme Training 1).

Il s’agit maintenant s’agir de tester vos acquis sur un parcours d’obstacles pour mieux préparer la saison de compétition qui se profile. Une fois encore, plus le niveau de difficulté augmente, plus les mauvaises habitudes risquent de ressurgir…

Pour cette leçon, Michel fait travailler Sélène et son cheval Amore. Le travail commence par un exercice sur des barres au sol pour permettre à la cavalière de prendre conscience des problèmes à résoudre en toute sérénité. La séance se poursuit par un travail sur des obstacles isolés. On constate quelques défenses du cheval à la réception des obstacles, notamment lorsqu’il s’agit de tourner court après un saut. Les conseils de Michel permettent à Sélène de surmonter rapidement ces difficultés et de retrouver un cheval rond et disponible pour préparer la suite de la séance…

Durée: 
10 min
Mots-clés
REF HA101, départ au galop, transitions, galop de qualité, contrôle à l'obstacle, contrôle de la réception
Intermédiaire

Lors de séances précédentes (vidéos HA97 et HA100), Michel nous a expliqué comment ralentir ou accélérer avec un minimum d’actions en basant le travail sur la préparation et l’anticipation. L’objectif pour le cavalier étant de rester en harmonie avec le mouvement pour ne pas gêner la compréhension et la locomotion du cheval. Une fois obtenues cette disponibilité du cheval et cette fluidité chez le cavalier, il va s’agir de confirmer le résultat à l’obstacle. Nous savons qu’il suffit souvent d’augmenter le niveau de difficulté d’un exercice pour voir ressurgir les défauts du cavalier et les défenses du cheval. Les raideurs et les mauvaises habitudes ont la vie dures, surtout quand l’inquiétude ou la peur viennent perturber la bonne communication entre le cavalier et son cheval. D’où l’intérêt de faire un travail très progressif qui va permettre de mettre tout le monde en confiance comme c’est le cas ici.

 

 

A l’occasion de cette séance, nous voyons certains problèmes ressurgir, notamment quelques défenses du cheval au moment des départs au galop. Michel en profite donc pour rappeler à son élève le comportement à adopter pour obtenir de bons départs au galop dans la fluidité et la sérénité. La solution passe une fois encore par une amélioration du mental, mais aussi par une position du cavalier respectueuse de la liberté de mouvement du cheval. Les conseils de Michel portent rapidement leurs fruits, mais il reste encore à obtenir la même décontraction à la réception des obstacles. Là encore, la technique imaginée par Michel s’avère très efficace. Après quelques mises au point dans la douceur et la compréhension, l’élève obtient de très bons résultats. Le contrôle après l’obstacle devient facile avec un cheval décontracté,  léger et sur la main.

 

Durée: 
11 min 30