La décontraction du cavalier par la respiration | Horse Academy

Vous êtes ici

La décontraction du cavalier par la respiration

Mots Clés
REF ART 73, décontraction du cavalier, respiration du cavalier, relaxation, relâchement des tensions, amélioration du liant

Pour atteindre l’état de décontraction mentale et physique recherchée par tous les cavaliers, la respiration est une bonne façon de se recentrer sur soi-même et de ramener son esprit dans l’instant présent. Respirer calmement et profondément permet de rester en harmonie avec soi-même, d’être vigilant et de maintenir ses réflexes en alerte pour exécuter les mouvements avec des muscles détendus.
Regarder combien certains grands cavaliers internationaux exagèrent leur respiration. Deux ou trois foulées avant l’obstacle : une puissante expiration chasse l’émotion et fait revenir dans le présent.
Vous-même avez certainement remarqué à quel point la respiration peut être un bon indicateur de tension mentale. Lorsque tout est calme, elle se fait régulière et profonde. Mais à la moindre émotion, elle se bloque et avec elle, l’ensemble du corps se raidit.
Le cavalier doit savoir l’utiliser pour obtenir la décontraction et la souplesse indispensables à un bon fonctionnement du corps.
La plupart du temps, si l’on demande à quelqu’un de respirer profondément, il aura tendance à ne respirer qu’avec le haut du corps en gonflant sa poitrine.

Bien respirer, c’est laisser entrer l’air le plus bas possible dans son corps.
Faites l’essai maintenant. Contrôlez votre respiration en posant la main sur votre ventre : il doit se soulever. Idéalement, l’expiration doit être deux fois plus longue que l’inspiration car c’est elle qui permet le relâchement musculaire et l’ancrage du corps vers le bas.
A cheval, la position du corps conditionne la mobilité de la cage thoracique et du diaphragme. Si vous êtes penché en avant, les épaules et le dos rond, il sera très difficile de respirer profondément avec le ventre.
Entraînez-vous d’abord au pas. Regardez loin et respirez en vous imaginant que l’air descend jusque dans vos bottes.
Vous le constaterez, vos muscles se détendent, vous vous décontractez, votre cheval se calme, vous revenez dans une attitude favorable à un fonctionnement souple de vos articulations.
En promenade, au pas avec un cheval décontracté, la respiration est calme et régulière, le regard se porte loin. Cette même attitude, vous devez vous efforcer de la retrouver à l’abord d’un obstacle.
Pour vous entraîner, là encore, commencez par des exercices très simples : franchir des barres au sol par exemple. Essayez de savoir à quel moment vous avez le sentiment que votre attitude regard-respiration change. Progressivement, entraînez-vous sur des obstacles à 50 centimètres, puis 1 mètre, sur un parcours à la maison et en épreuve. Il est évident que, en compétition, votre respiration sera plus rapide. L’effort est plus important, mais l’état d’esprit doit rester le même. Apprenez à contrôler votre activité mentale.
Les cavaliers souhaitant progresser grâce à ces techniques respiratoires peuvent se référer à la pratique du yoga et autres techniques orientales.