Apprenez à vous passer des enrênements : 2 ème partie | Horse Academy

Vous êtes ici

Apprenez à vous passer des enrênements : 2 ème partie

Mots Clés
Débutant, Mors, enrênements, embouchure, REF ART20

Les rênes allemandes
Leur utilisation est très répandue. Malheureusement très peu de cavaliers savent s’en servir correctement, c’est-à-dire, une fois encore, comme simple “limiteur d’excès”. En fait, les rênes allemandes doivent être relâchées en permanence et entrer en action uniquement lorsque le cheval veut passer au-dessus de la main. Au lieu de cela, elles sont généralement réglées trop courtes et les chevaux n’ont pas d’autres possibilités que de venir s’appuyer dessus.
En aucun cas, la rêne allemande ne doit être utilisée pour forcer l’incurvation car cela conduit, là encore, à l’effet inverse. A savoir que le cheval va chercher à prendre appui pour mettre sa tête de l’autre côté. Cette réaction correspond au réflexe naturel des chevaux qui consiste à s’opposer aux actions, tel un cheval qui tire au renard ou qui s’appuie sur le bas flanc du camion.

 

Le chambon

A proscrire absolument !
Le chambon est le plus redoutable de tous les enrênements.

 

Le gogue commandé

Il fait partie des enrênements les moins nocifs dans la mesure où son action est répartie à la fois sur la nuque et la bouche. Il devra, en revanche, être réglé suffisamment long et maintenu par un élastique à la sangle, afin de permettre un maximum de liberté de mouvement et de ne pas figer le cheval dans une attitude trop fermée.

 

La martingale à anneaux

La martingale à anneaux est très utilisée par les grands cavaliers. Je pense qu’elle doit être réservée aux chevaux déjà dressés. En tout cas, sa fonction de base, comme tout enrênement, doit rester celle d’un “limiteur d’excès”. L’idéal étant que la tension cède dès que la bouche rencontre l’action de la martingale. Utilisée sur un cheval inexpérimenté, ce dernier peut vouloir se débarrasser de la tension exercée par la martingale, en prenant l’attitude inverse de celle recherchée.

 

Extrait du livre "Carnet de champion"