Exercice pour améliorer la mise en main - 2ème partie | Horse Academy

Vous êtes ici

Exercice pour améliorer la mise en main - 2ème partie

Mots Clés
mise en main, légèreté, REF ART27, Intermédiaire

Pour travailler plus spécifiquement la mise en main, commencez par une détente de 10 à 15 minutes aux trois allures. Puis, accordez à votre cheval un temps de repos, rênes longues. Durant cette pause, vous allez pouvoir imaginer et programmer votre séance de travail en fonction de votre cheval et de ce que vous souhaitez obtenir.
Généralement, je conseille de commencer par un travail au pas sur un cercle de 10 à 15 mètres de diamètre environ. Comme vous l’avez certainement remarqué, les chevaux ne sont pas symétriques : ils sont généralement plus faciles à incurver du côté où la crinière retombe. Il est donc préférable de commencer à cette main, le cheval est plus rapidement dans la bonne attitude et c’est beaucoup mieux pour son moral. Souvenez-vous : il est toujours préférable de s’appuyer sur les points forts pour améliorer les points faibles.
En utilisant vos 4 contacts : mains légères, jambes bien descendues et muscles relâchés, votre cheval se sentira encadré dans la douceur. Comme on dit, ce qu’il y a de plus dur pour le cheval, ce sont les mains du cavalier ! Il faut se raccrocher à quelque chose... le besoin de possession incite à vouloir tout garder, tout contrôler. La main se crispe et revient vers le cavalier. Apprenez au contraire à avancer vos mains le plus souvent possible, vos articulations doivent fonctionner dans le sens de la marche. Entrez en communication avec votre cheval, laissez l’énergie circuler. Souvenez-vous de l’expression : « La main fait partie de la bouche du cheval. »
Réduisez progressivement le cercle, demandez une incurvation de plus en plus marquée autour de votre jambe intérieure. Lorsque vous sentez votre cheval prêt à céder dans son corps et dans sa nuque, cessez votre demande en relâchant les tensions de votre propre corps. Anticipez la réponse : mollissez au moment où vous sentez que le cheval va céder en conservant un contact léger.
Tout en réduisant le cercle, surveillez le mouvement en avant car le fait de tourner provoque souvent une perte d’impulsion.
Le cheval doit rester incurvé du nez jusqu’à la queue pour épouser parfaitement la courbure du cercle. Si le cheval se déporte à l’intérieur, repoussez-le avec votre jambe isolée intérieure.
La cession n’est complète que si le dos du cheval est en place, d’où l’importance de commencer dans une allure lente et ample sur une courbe.

Lors d’un tel exercice, 90 % de mon esprit est occupé à analyser les sensations en provenance de mon cheval, et plus particulièrement ce qui se passe au niveau de son arrière-main. Je conseille à tous mes élèves d’être, eux aussi, dans ce même état d’esprit. On voit malheureusement avec quelle méchanceté certains cavaliers concentrent leur impuissance et leur colère sur la bouche de leur cheval. Ils se focalisent sur le point faible du cheval et à force d’acharnement finiront par l’épuiser et le meurtrir.
Au contraire, nous l’avons dit, appuyons-nous sur les qualités du cheval pour faire disparaître ses points faibles.