La mise en main : 1ère partie | Horse Academy

Vous êtes ici

La mise en main : 1ère partie

Mots Clés
mise en main, cheval sur la main, REF ART26, Intermédiaire

A l’attention des cavaliers moins expérimentés, il est important de bien définir ce que signifie avoir “un cheval sur la main”.

Face à des situations où il se sent contraint, le cheval va chercher à prendre la fuite. Si vous l’attachez pour la première fois avec un licol et une longe, sa première réaction sera de tirer au renard pour s’échapper. De même, il cherchera à recracher le mors que vous lui placez dans la bouche. Puis, lorsqu’il va sentir votre main au bout des rênes, il va tenter de s’en débarrasser en agitant la tête. Tout le travail du cavalier consiste donc à lui faire accepter ces contraintes, dans la douceur, grâce notamment, à des bras élastiques, des doigts souples et un contact léger.

La dernière étape du travail consiste à obtenir un cheval “sur la main”, c’est à dire un cheval confiant, qui aura cédé dans ses vertèbres cervicales pour venir se poser doucement sur la main du cavalier.

Cette attitude ne pourra s’obtenir qu’avec patience et compréhension, le plus souvent sur des mains basses et assez écartées dans un premier temps, afin que le cavalier conserve de l’élasticité au niveau des bras.

 

 

Il m’arrive, en effet, de travailler avec les deux mains pratiquement posées sur les deux genoux. Cette attitude d’ouverture, même si elle peut paraître exagérée, permet d’obtenir plus facilement la mise en main du jeune cheval. Je ne conseille pas, bien sûr, de monter ainsi en permanence. Cependant, adoptée durant quelques minutes, cette position peut permettre de débloquer la situation notamment chez des cavaliers qui n’auraient pas perçu les répercutions de leur position sur l’attitude du cheval. Il est inutile de chercher à avoir un cheval en place si le cavalier ne parvient pas à fixer ses mains. Pour vous rendre compte de l’influence de votre attitude sur votre cheval, n’hésitez pas à le faire monter par un très bon cavalier. Vous constaterez à quel point votre cheval peut se transformer. A partir de là, fixez-vous comme objectif d’obtenir les mêmes résultats.

En ce qui concerne la mise en main, ce que le cavalier cherche à obtenir au final, c’est un contact de quelques grammes avec la bouche du cheval, et ceci, quelle que soit la position de ses mains : hautes, basses, écartées, serrées. Ce contact sera permanent en toutes situations : pour tourner, incurver à droite, à gauche, ralentir, s’arrêter… la bouche du cheval suit avec confiance la main du cavalier, et vice-versa.