Gymnastique de la ligne du dessus sur le plat et à l’obstacle | Horse Academy

Vous êtes ici

Gymnastique de la ligne du dessus sur le plat et à l’obstacle

Mots-clés
extension d'encolure, musculation du cheval, REF HA57, Assouplissement du cheval, gymnastique du cheval
Intermédiaire

Comme nous l’explique souvent Michel, le respect bon fonctionnement du dos du cheval doit être une des priorités du cavalier. Nous le savons, les chevaux ne sont pas faits pour supporter le poids d’un cavalier sur leur dos. Une mise en condition est donc indispensable si l’on souhaite préserver leur santé et pouvoir tirer partie de leur potentiel physique et mental. Cette préparation passe avant tout par la musculation, de toute la zone située le long de la colonne vertébrale. Comme nous l’avons vu lors d’autres séances, Michel utilise une méthode très efficace qu’il a longuement expérimentée tout au long de sa carrière de cavalier de haut niveau et d’homme de cheval. Cette méthode est basée sur le travail en extension d’encolure qui permet d’étirer de toute la ligne du dessus, de la nuque jusqu’à la queue. Ce mouvement favorise également la musculation des abdominaux, muscles antagonistes du dos.

Contrairement à ce que les cavaliers s’imaginent laisser le cheval avancer son bout du nez n’est pas source de déséquilibre. Bien au contraire. Cette attitude oblige le cheval à engager ses postérieurs sous sa masse pour mieux répartir son poids sur ses 4 pieds. Cette gymnastique va permettre au cheval de s’arrondir tant dans ses allures sur le plat que sur ses sauts. Il va devenir ainsi beaucoup plus agréable à monter pour le cavalier.

Lors de précédentes séances, nous avons vu comment obtenir l’extension d’encolure lors du travail à pied et du travail monté. L’objectif de cette séance est de muscler et assouplir la ligne du dessus par un mouvement de flexion et d’extension. C’est-à-dire que le cavalier va passer alternativement de l’attitude du cheval en flexion, la nuque le point le plus haut, à l’attitude en étirement complet, le nez du cheval au ras du sol. 

Durant cette séance, Michel fait travailler Marine et Norton, un hongre de 9 ans. Le travail commence sur le plat aux 3 allures. Marine cherche à alterner entre une attitude du cheval en extension d’encolure maximum et une attitude en place, nuque le point le plus haut. Michel explique à la cavalière, quelle position adopter pour laisser passer le mouvement sans gêner son cheval et favoriser ainsi la bonne exécution de l’exercice. La moindre raideur ou tension chez le cavalier, notamment dans la transition entre les deux attitudes, peut limiter le mouvement d’étirement et, par conséquent, le bénéfice de l’exercice pour le cheval.

Une fois l’exercice réussi sur le plat, Marine va devoir faire le même travail à l’obstacle sur un dispositif de cavalettis. Là encore, Michel insiste sur la position du cavalier qui est une des clés de la réussite de l’exercice. Dès lors que le cavalier cherche à se raccrocher aux rênes ou à intervenir sur la bouche du cheval pour régler sa foulée ou par déséquilibre, le cheval n’est plus en mesure réaliser le mouvement d’extension recherché. Le dispositif est donc construit de manière à limiter les interventions du cavalier pour laisser le cheval le plus libre possible de ses mouvements.

A la fin de l’exercice, on constate que Norton est capable de sauter les cavalettis en extension d’encolure dans un galop rond, calme et cadencé.

A retenir :
- Il n’y a pas de bonne flexion sans bonne extension.
- Tenir la tête du cheval en pensant qu’il sera plus équilibré est une erreur.
- Si le cheval descend son encolure lorsque vous lâchez vos rênes, c’est que vous avez fait du bon travail.

Voici l'aperçu photo du cours. Abonnez-vous pour découvrir la vidéo.

Durée de la vidéo du cours : 
2 vidéos- Durée totale : 20 min