Le changement de pied au galop | Horse Academy

Vous êtes ici

Le changement de pied au galop

Mots Clés
changement de pied, amélioration de la propulsion, galop de qualité, apprendre le changement de pied, REF ART38, Intermédiaire

Pour aborder un obstacle sur une courbe ou en sortie de tournant,  le cheval utilisera toute sa force et son potentiel de souplesse s’il galope sur le bon pied. C’est à dire sur celui qui correspond au tournant : sur le pied droit pour un tournant à droite, sur le gauche pour un tournant à gauche.

En effet, c’est le postérieur intérieur au tournant qui, engagé sous la masse du cheval au moment de l’appel, le propulse dans les airs.

En tenant compte de leur âge et de leur expérience, les chevaux de concours doivent donc être dressés au changement de pied à la demande de leur cavalier. Etre capables d’aborder un obstacle sur un pied donné et de se recevoir sur l’autre (...)

Même si la très grande majorité des chevaux changent facilement de pied en liberté, on peut faire la distinction entre :

. les chevaux bien dressés, capables de changer de pied à la demande, tels des robots, et ceci, quel que soit le cavalier,

. le jeune cheval doué avec un cavalier expérimenté,

. et enfin le cheval et le cavalier inexpérimentés.

Les deux premières catégories ne posent pas de difficultés. En revanche, pour la troisième catégorie, le vieux dicton : « A jeune cavalier, vieux cheval et à jeune cheval, vieux cavalier » est toujours d’actualité. En d’autres termes, si vous et votre cheval êtes plutôt inexpérimentés, mieux vaut apprendre le changement de pied chacun de votre côté. Vous-même et votre cheval progresserez beaucoup plus vite. Il est toujours préférable de se “routiner” avec un cheval ou un cavalier qui connaît bien son métier. Nous l’avons déjà dit : les bonnes séances font les bons chevaux et les bons cavaliers. Il importe donc, de ne pas mettre à la fois les chevaux et les cavaliers face à des difficultés insurmontables, mais également de mettre en place les paramètres physiques et mentaux nécessaires à la bonne exécution de l’exercice.

Avant toute chose, le cheval doit être confiant dans ses départs au galop. La préparation est déjà bien avancée lorsqu’il est capable d’effectuer des transitions dans le calme : du pas au galop et du galop au pas. De même, obtenir un galop de qualité, à droite et à gauche, est une condition préalable à un changement de pied réussi.  J’entends par là un cheval capable de galoper à droite et à gauche sur un cercle de 8 mètres de diamètre et ceci dans la légèreté des jambes et des mains du cavalier.
Je n’imagine pas que changer de pied soit possible en l’absence de cette condition première. Bien sûr on peut toujours tenter sa chance, mais il y a peu d’espoir...

L’équilibre est primordial, tant celui du cheval que celui du cavalier. Personnellement, je prends toujours en considération l’attitude du cavalier comme point de départ. De nombreux cavaliers effectuent leur demande, au demeurant sans conviction quant au résultat, alors qu’ils sont complètement déstabilisés dans leur position. Que ce soit avant ou après la demande de changement de pied, il est essentiel de conserver sa position de base. Et pour cela, je ne le dirai jamais assez, le regard est primordial.

Utiliser son regard panoramique permet, là encore, de conserver des aides efficaces. Le corps et l’esprit continuent à fonctionner, à “vivre normalement” : le premier reste à l’écoute des sensations, le second perçoit et analyse les informations. A l’inverse, lorsque le regard se fixe, la plupart du temps vers le sol, l’esprit en même temps que le corps se figent, le cheval troublé par ce changement d’attitude perd confiance et ses mouvements deviennent incohérents.

Le cavalier doit veiller à conserver le liant avec le cheval, quel que soit le résultat de ses actions. Même si le changement de pied n’est pas parfait la première fois, le cavalier doit récompenser beaucoup pour que progressivement le changement de pied devienne un jeu pour le cheval.

Dans un premier temps, je vous conseille de vous entraîner aux changements de pieds en galopant sur 2 cercles formant un huit de chiffres : voir la vidéo de l’exercice.

(...) La position et les actions pour les changements de pieds sont identiques à celles que le cavalier utilise pour passer d’un appuyer à un autre. D’où l’intérêt d’obtenir préalablement une réponse à la jambe isolée. Pour cela, reculez la jambe extérieure pour déplacer les hanches en dedans et demandez un appuyer. Alternez le même exercice à droite et à gauche, d’abord au pas, puis au trot. Le changement de pied au galop utilise les mêmes aides, c’est pourquoi il faut, une fois encore, procéder par étape.

 

Extrait du livre "Secrets et méthode d'un grand champion"