Le contrôle des émotions à l'abord de l'obstacle | Horse Academy

Vous êtes ici

Le contrôle des émotions à l'abord de l'obstacle

Mots Clés
Débutant, aborder un obstacle, abord à l'obstacle, controle à l'abord, contrôle mental à l'abord, REF ART37

Dans la vie de tous les jours, il est facile de se sentir calme et serein tant que l’on reste dans l’habitude et le train-train quotidien. Le rituel des mêmes gestes et des mêmes situations offre un cadre rassurant, de nature à chasser les préoccupations et les questionnements existentiels. A cheval, lorsque vous travaillez sur le plat et que vous répétez les mêmes gestes sans objectif précis ou, tout au moins, sans enjeu particulier, vous n’éprouvez aucune difficulté à vous sentir serein et détendu.

C’est lorsque vous sortez du quotidien et des habitudes que vos émotions ressurgissent et viennent troubler votre sérénité. Un abord d’obstacle, une entrée en piste, un barrage, un examen ou parfois même une simple contrariété... autant de situations susceptibles de faire naître l’agitation mentale et physique.

 

 

 

Nous apprenons tous les gestes techniques qui permettent de bien aborder un obstacle mais, en revanche, peu de cavaliers travaillent leur attitude mentale. Nous l’avons vu, la clef est pourtant là : dans la maîtrise de nos pensées et de nos émotions face à une situation dite “à risques”.

 

Les fondements du travail mental de préparation à l’obstacle, notamment de l’abord, peuvent se travailler à pied. Confortablement assis dans votre fauteuil, êtes-vous seulement capable d’avoir suffisamment de contrôle mental pour ne pas vous laisser distraire ou perturber par vos pensées sur le passé, l’avenir, un bruit dans la maison, un oiseau devant la fenêtre, une mouche sur votre peau... Si c’est le cas, essayez d’être aussi imperturbable à l’abord d’un obstacle que dans votre fauteuil. Pour cela, soyez votre propre professeur, conscient de chaque idée, image ou jugement qui se présentent.  “Observez” leur répercussion sur votre attitude générale et plus particulièrement sur votre position.

Personnellement, je m’appuie sur les méthodes orientales de contrôle de la pensée, notamment, sur le yoga et la méditation qui m’apportent beaucoup.

C’est un travail de tous les instants. En marchant, dans la rue, en voiture, je m’entraîne à rester serein en toutes circonstances : ne pas me laisser distraire par une publicité, un conducteur irascible... L’objectif est de garder un mental calme et neutre quoi qu’il arrive. A cheval, c’est une condition indispensable pour être réellement en connexion avec les chevaux. Nous l’avons vu précédemment,  l’important est d’être “ici et maintenant”. Celui qui se laisse dominer par ses pensées devient extérieur à la situation présente et, en quelque sorte, “perd” son cheval.

Certains diront :  « Oui mais si je ne pense pas à l’avenir, je ne peux pas anticiper, je perds mon objectif ! » Mais si ! Vivre dans le présent est parfaitement possible. En piste, il ne faut qu’un dixième de seconde pour voir que l’obstacle suivant est un oxer et cela ne vous empêche pas de rester en contact avec vos sensations et les messages en provenance de votre cheval. Les occasions de vous laisser entraîner par des comparaisons, des rêveries, des projections sans fin sont multiples. Elles sont comme la drogue, l’alcool ou la télévision. Soit vous êtes spectateur de votre vie, soit vous êtes acteur.  A vous de choisir ! (...)

 

Extrait du livre "Carnet de champion" de Michel Robert . Ridercom Editions