Le reculer : un très bon assouplissement pour tous les chevaux | Horse Academy

Vous êtes ici

Le reculer : un très bon assouplissement pour tous les chevaux

Mots Clés
engagement des postérieurs, reculer, Assouplissement du cheval, travail du jeune cheval, apprentissage du reculer, ART54, Intermédiaire

Le reculer est un très bon exercice pour le cheval, il permet entre autre :

. de remettre son dos en place,

. de faire fonctionner les articulations de ses postérieurs dans une attitude qui correspond à la battue de départ sur un saut.

La plupart du temps, le reculer est mal demandé. Le cavalier, pressé d’obtenir un résultat, utilise la force. Le cheval s’arc-boute contre cette résistance : les postérieurs loin derrière et le dos creux.

Le cheval doit apprendre le reculer comme un jeu et non comme une punition.

Dans le reculer, le cheval a besoin de faire jouer librement presque toutes ses articulations. Pour qu’il y parvienne sans douleur, cette même liberté de mouvement doit se retrouver chez son cavalier par une absence de points fixes : mains, dos, jambes… La demande doit être impérativement suivie d’un “lâcher prise” durant lequel le cheval pourra reculer.

Pour ma part, je demande le reculer à partir du pas avec un minimum d’actions de mains et de jambes, mon attitude restant la même : dans la “position du milieu”. Plus que jamais, la demande doit se faire avec des actions brèves suivies d’un relâchement total de la pression des jambes et de l’action des mains. En agissant ainsi, vos actions sont efficaces et le cheval n’a pas de point d’appui sur lequel il pourrait venir s’arc-bouter. Gardez toujours à l’esprit que c’est le cheval qui recule et non pas les mains du cavalier. Ces dernières, les doigts fermés sur les rênes, ne servent qu’à empêcher le cheval d’avancer.

Le cheval recule par diagonal : lever et poser de l’antérieur droit/postérieur gauche puis lever et poser de l’antérieur gauche/postérieur droit. Après deux ou trois pas, il doit repartir vers l’avant sans marquer d’arrêt. Si le cheval est suffisamment expérimenté, le cavalier peut demander
le trot ou le galop dans les premières foulées. Conservez ce que le cheval vous donne. N’ouvrez pas exagérément vos doigts, vous risqueriez de perdre tout le bénéfice du reculer en laissant le cheval s’ouvrir.

Je suis sincèrement convaincu de l’intérêt du reculer. Pour vous en convaincre, regardez sur les terrains de concours, le nombre de bons cavaliers qui demandent deux ou trois pas de reculer avant de faire leur parcours !

C’est un très bon assouplissement et un excellent moyen de vérifier la disponibilité du cheval. Tous mes chevaux doivent savoir exécuter correctement cet exercice. Il suffit, en règle générale, d’un peu de patience.