Connecter l'avant-main et l'arrière-main du cheval | Horse Academy

Vous êtes ici

Connecter l'avant-main et l'arrière-main du cheval

Mots Clés
Débutant, mise en main, allègement de l'avant-main, échauffement musculaire, musculation du cheval, préparation physique du cheval, REF ART41

Le cheval est plus attentif à ses antérieurs qu’à ses postérieurs. C’est flagrant lorsqu’on travaille avec les jeunes chevaux. La partie du corps située sous et en arrière de la selle est souvent plus passive et la connexion entre l’avant-main et l’arrière-main est toujours difficile. Les embouchures, enrênements et autres accessoires ont tendance à aggraver la situation. Ils agissent comme un tord-nez : une sorte d’anesthésiant, parce qu’en raison de la gêne qu’ils occasionnent, ils accaparent l’attention du cheval sur sa bouche et favorisent ainsi l’inertie des autres parties de son corps.

De même, vouloir assouplir un cheval en lui tordant l’encolure sur les côtés, comme le font certains, n’a strictement aucun intérêt. Tous les chevaux savent parfaitement toucher leur flanc avec leur bout du nez pour chasser une mouche. Les raideurs constatées dans l’avant-main proviennent avant tout des propres raideurs du cavalier dont les défauts de position, se répercutent sur la colonne vertébrale du cheval et gênent le fonctionnement de sa ligne du dessus et des épaules.

 

Le travail du cavalier consiste donc à faire porter l’attention du cheval sur la partie de son corps dont il n’a pas conscience ou qu’il s’est habitué à ignorer. C’est ainsi que l’on favorise une plus grande sensibilité à la jambe, à l’éperon et à tout ce qui sollicite l’activation du mouvement au niveau de l’arrière-main, source de propulsion chez le cheval.

 

Lorsque l’on a obtenu cette connexion avec les postérieurs, l’énergie peut se transmettre des jambes du cheval vers sa bouche, et jusque dans la main du cavalier. Le cheval vient se tendre sur ses rênes et il devient possible d’utiliser pleinement la propulsion de l’arrière-main pour la canaliser et la réguler entre jambes et mains.

 

L’un des meilleurs exercices pour stimuler et ressentir cette connexion entre l’arrière-main et le l’avant-main du cheval est le travail au pas, dans une vitesse très lente, à la limite de l’arrêt. C’est en partant du niveau zéro d’impulsion, puis vers un simple « début d’impulsion » que le cavalier peut ressentir cette montée d’énergie en provenance des postérieurs en direction de ses mains. 

Le cavalier doit cependant s’efforcer de garder un contact le plus léger possible avec la bouche. Le cheval va lui-même prendre conscience de ses postérieurs et petit à petit devenir de plus en plus disponible et agréable à monter.

 
Nous vous invitons à visionner la vidéo de Véronique et Vénus pour une première démonstration de l’exercice. Nous détaillerons plus spécifiquement cette méthode lors d’une prochaine séance sur Horse Academy.