Contrôler dans la finesse le cheval en longe grâce au regard | Horse Academy

Vous êtes ici

Contrôler dans la finesse le cheval en longe grâce au regard

Mots Clés
REF ART66, travail en longe, travail à pied, connexion avec le cheval, connexion cheval cavalier, communication cheval cavalier, le regard

 

J’évoque très souvent l’incidence du regard sur l’équilibre physique et mental du cavalier. Le regard panoramique conserve toutes ses vertus, y compris lorsque nous travaillons à pied. Bien utilisé, il permet de transmettre un grand nombre de messages au cheval dans la finesse et la légèreté.

 

 

Tout d’abord, diriger son regard vers l’horizon permet de garder notre tête parfaitement dans l’axe et en équilibre par rapport à notre colonne vertébrale. Tous les éléments de notre corps viennent ainsi s’empiler parfaitement les uns au-dessus des autres. Cette verticalité au-dessus de nos pieds permet une plus grande liberté et une meilleure coordination de nos mouvements : plus de mobilité, des gestes plus rapides, des réactions plus instinctives, une meilleure conscience de la position de notre corps et de notre position dans l’espace par rapport au cheval et au tracé... au final, un meilleur contrôle du cheval.

Outre ces effets sur notre disponibilité physique et mentale, le regard est aussi une aide fondamentale pour donner des indications aux chevaux.

A l’état naturel, le cheval est une proie programmée pour fuir le danger. Son système de défense est basé en priorité sur la détection précoce des intentions des prédateurs qui évoluent dans son entourage. C’est notamment en analysant le regard des assaillants potentiels qu’il collecte des indications précieuses pour sa survie. Un regard fixe dans sa direction est le signe d’une attaque imminente, à l’inverse, un regard vague et sans expression traduit un état de calme et d’indifférence à son égard. Un longeur peut lui aussi utiliser son regard pour influencer le comportement de son cheval.

Ainsi, en jouant sur l’intensité et la direction de son regard, il peut indiquer le sens du mouvement et mobiliser certaines parties du corps du cheval. Le longeur peut diriger son regard dans la direction à prendre, puis regarder plus intensément les flancs ou les épaules du cheval pour les repousser vers l’extérieur, puis regarder les postérieurs pour générer de la propulsion ou, au contraire, regarder sa tête pour le ralentir... Autant d’indications subtiles qui permettent de tendre vers plus de finesse dans nos actions.

Ajoutons également que si le regard est utile pour communiquer avec le cheval, il permet aussi de situer l’objectif dans l’espace. C'est important lorsqu'il s'agit de faire sauter un cheval en longe. Regarder, ne serait-ce qu’un centième de seconde, en avant du mouvement permet d'évaluer la distance à l'abord de l’obstacle, de mieux placer la trajectoire du saut et de doser le niveau de propulsion nécessaire pour faire sauter le cheval dans de bonnes conditions.

 Extrait du livre : "La préparation en longe du cheval de sport"