Le saut en longe | Horse Academy

Vous êtes ici

Le saut en longe

Mots Clés
travail en longe, détente en longe, saut en longe, REF ART28, Intermédiaire

 

Sauter en longe permet au cheval de disposer de toute sa liberté de mouvement. Sans la contrainte du cavalier, il peut, en effet, jouer librement avec son corps pour améliorer son style et développer sa propulsion. En portant son attention en priorité sur lui-même, il peut également corriger plus rapidement ses erreurs.

Le saut en longe est recommandé pour tous les chevaux et plus particulièrement pour rééduquer et remettre en confiance ceux qui ont souffert des maladresses de certains cavaliers, notamment lorsqu'ils ont subi trop de contraintes au niveau du dos. Il suffit parfois d’un ou deux sauts bien ronds sur des obstacles très larges pour les libérer de certains blocages qu’il était difficile de faire disparaître dans un travail monté. Un très bon saut en longe peut faire à nouveau fonctionner des articulations bloquées, notamment celles des vertèbres. En sautant, les chevaux parviennent à se manipuler eux-mêmes. D’ailleurs, on les voit souvent faire quelques sauts de mouton à la réception des obstacles parce qu’ils ont senti que leur liberté de mouvement était enfin possible. L’extension du dos et l’effort de propulsion des postérieurs obtenus à l’occasion d’un saut sont effectivement difficiles à reproduire dans d’autres situations. C’est d’ailleurs pourquoi je préconise de faire sauter tous les chevaux, quelle que soit la discipline qu’ils pratiquent : dressage, western, loisir ou autre. Je suis convaincu de l’action thérapeutique du saut d’obstacles, à condition d’effectuer ce travail dans de bonnes conditions et sur des dispositifs adaptés à leur niveau. Lorsque je sens un cheval bloqué dans son dos, je lui fais sauter 5 ou 6 fois un obstacle bas et large comme une rivière. Généralement, je constate directement l’amélioration au niveau des allures. Les chevaux se remettent à trotter ou à galoper avec des mouvements déliés et amples qu’on ne leur connaissait pas… ou plus.

L’avantage du saut en longe, c’est qu’il permet au cheval d’ajuster tout seul sa foulée de galop et de faire jouer ses réflexes et sa force de propulsion en fonction de l’obstacle à sauter. Cela suppose que le longeur soit le plus discret possible dans ses actions, surtout dans la phase d’abord et au planer où le cheval doit pouvoir se concentrer sur ses mouvements. Il faut tout particulièrement lutter contre le réflexe qui consiste à lever la main pendant le saut. Vous risquez d’effrayer le cheval et de gêner sa liberté de mouvement. La moindre tension sur sa bouche peut, en effet, l'inciter à lever la tête et à creuser son dos.

Pour ma part, je préfère faire sauter mes chevaux en longe plutôt qu’en liberté. Le saut en liberté est beaucoup moins éducatif, car les possibilités de contrôle sont trop limitées. En liberté, les chevaux apprennent souvent à charger les barres pour fuir l’homme, ce qui va à l’encontre du but recherché : le calme à l’abord et à la réception. On peut cependant y trouver un intérêt pour les chevaux déjà bien éduqués et expérimentés à l’obstacle. Cela peut permettre de les responsabiliser et de montrer au cavalier que son cheval peut sauter… sans mains et sans jambes.

 

Extrait du livre-dvd "La préparation en longe du cheval de sport"