Mors cheval, le guide complet des mors et embouchures

Vous êtes ici

Le mors

Le guide complet des mors d'équitation

Concernant le choix d'une embouchure, Michel Robert est, là encore, adepte de la simplicité. Le cavalier doit avant tout s’appuyer sur la justesse de ses actions plutôt que sur le matériel. Mors de filet simple, double-brisure, mors en cuir ou caoutchouc, pelham … à chaque cavalier d’en tester les effets sur son cheval en sachant que l’avancement du travail doit conduire à utiliser les embouchures les moins contraignantes possible... et non l’inverse. Comme le précise Michel : « Dès lors que l’on s’éloigne de la simplicité et qu’une certaine dépendance au matériel s’installe, c’est que les choses ne vont pas dans le bon sens et qu’il vaut mieux remettre en question sa façon de faire. »
Ajoutons que le changement régulier d’embouchure peut permettre de découvrir de nouvelles sensations et de débloquer certaines situations. Bien entendu, on adaptera le mors à l’expérience du cheval et à celle du cavalier.

 

SOMMAIRE DU GUIDE DES EMBOUCHURES
I. Les critères de choix d'un mors

  1. La taille du mors
  2. L'effet recherché
  3. Intérêt des différents matériaux
  4. Mors creux ou mors plein
  5. La taille des anneaux

 II. Bien régler le mors

  III. Les différents types d'embouchures 
  1. Les mors droits : mors en cuir...

  2. Les mors de filet simples brisures
  3. Les mors double-brisure
  4. Le mors Verdun
  5. Le mors à aiguilles
  6. Le mors à olives
  7. Le mors Baucher
  8. Le mors pelham
  9. Le mors Goyo Aga
  10. Le mors releveur
  11. Le mors Pessoa
  12. Le mors Lhotte
  13. L'hackamore
  IV. Les accessoires du mors

 . La gourmette
 . Les alliances de mors
 . Les rondelles de mors

  V. L'entretien du mors

   La conclusion de Michel Robert

Le quizz

 

Vidéo d'introduction de Michel Robert

Horse Academy met à votre disposition de nombreuses vidéos d’exercices pour vous permettre d’améliorer vos actions de mains et votre position. Pour les découvrir, nous vous invitons à utiliser le menu "Cours par thème" (Rubrique : La position et le fonctionnement du cavalier > Mains).

 

I. Les critères de choix d’un mors

La première chose à vérifier lorsque l'on utilise un mors, c'est son adéquation avec la morphologie du cheval. C'est une donnée essentielle car une embouchure mal adaptée peut engendrer beaucoup d'inconfort, voire même causer de graves blessures qui laisseront des séquelles dans le mental du cheval.
Les informations qui suivent vous aideront à faire le bon choix.

1. La taille du mors

a. La largueur du mors

Une embouchure trop étroite comprime la bouche provoquant des douleurs et des lésions souvent assez longues à guérir. Donc vérifiez bien qu’il existe une marge d’environ 5 millimètres de chaque côté du mors.
Une embouchure trop large va, quant à elle, avoir tendance à "naviguer" dans la bouche du cheval. Ce qui rend les actions du cavalier moins précises et peut, là encore, occasionner des blessures, notamment au niveau du palais.
Le tableau ci-dessous vous donnera une indication de la taille de mors à choisir en fonction du cheval ou du poney. Bien entendu, la taille de l'embouchure peut varier en fonction de la morphologie de la bouche de chaque individu.

Taille Poneys/chevaux Taille du morsMesure d'un mors cheval
Shetland 90 mm
Poney B 105 mm
Poney C / D 115 mm
Cheval 155 à 165 cm 125 mm
Cheval 165 à 175 cm 135 mm
Cheval + 175 cm 145 mm

Tableau des taille de mors 

La taille du mors correspond à la mesure entre les deux anneaux.


b. L'épaisseur des canons du mors

Plus les canons sont fins, plus le mors est sévère et donc à utiliser avec une bonne main.
Un mors trop gros peut, quant à lui, s’avérer gênant car il crée des zones de compression dans la bouche du cheval. Attention également aux muserolles et noseband trop serrés qui, dans cette configuration, ont tendance à accentuer l'inconfort du cheval. (voir aussi la vidéo).

Effet du mors en fonction de l'épaisseur des canons

Léger
Canons
épais
20 à 22 mm
 
Moyen
Canons
standards
16 à 18 mm
 
Fort
Canons
fins
12 à 14 mm

 

2. Le choix du mors en fonction de l'effet recherché

 

Effet releveur (relèvement de la nuque), effet abaisseur (fermeture de l'angle tête-encolure), amélioration de la direction, amélioration du contrôle… Si rien ne remplace une bonne main, un bon travail de dressage et de préparation physique, certaines embouchures permettent néanmoins d’obtenir des effets positifs sur le comportement et l’attitude du cheval. (voir la liste des différents mors ci-dessous)

D'une façon générale, les mors à branches ont un effet abaisseur et sont donc destinés à faciliter la mise en main du cheval.

La tolérance vis-à-vis du mors peut varier d’un cheval à l’autre. En fonction des réactions de chaque individu, il faudra choisir un modèle dont l’action sera prioritairement orientée sur telle ou telle zone, par exemple : le palais, la langue, le chanfrein, la commissure des lèvres…

Intensité de l'effet en fonction de la zone impactée par le mors :

Intensité légère
Action sur la commissures des lèvres

 
 Intensité moyenne

Action sur
la langue

 

 Intensité forte

Action sur
le palais, les barres, le chanfrein

 
Intensité très forte

Action sur le
palais, les barres, le chanfrein...
+ le maxillaire inférieur

 

 

Le conseil de Michel Robert

"Comment savoir si un nouveau mors convient à votre cheval ?
C'est tout simplemement le cheval qui va vous donner la réponse.
S'il change de comportement : s’appuie sur la main, refuse de s’incurver, secoue la tête, passe au-dessus de ma main… voilà des indicateurs très clairs de son inconfort vis à vis du mors.

En revanche, si le cheval vient plus facilement sur la main et fonctionne dans la décontraction, c’est que le mors est bien accepté et que l’effet va dans le bon sens."

 

3. Intérêt des différents matériaux composant les mors

. L’inox
C’est le matériau le plus standard. Il présente l’avantage d'être solide et de ne pas s’oxyder. En revanche, il peut être froid en hiver et donc inconfortable pour le cheval au moment de sa mise en place.
. Le cuir
C’est un matériau organique donc très bien toléré. Il est moins agressif que le métal et reste à température ambiante. Il améliore la décontraction de la bouche par effet de mastication du cheval. Le cuir peut être utilisé seul ou servir à recouvrir les canons de certains mors pour en adoucir le contact et stimuler la salivation du cheval. (voir la rubrique consacrée au mors en cuir)
. Le caoutchouc
Il est également bien toléré, mais il est en revanche plus fragile que le métal.
Comme le cuir, il peut être utilisé seul ou pour recouvrir les canons de mors métalliques afin d'en rendre le contact plus confortable dans la bouche du cheval.
. La résine
Il en existe de différentes compositions. Elle est peut être intéressante pour les chevaux sensibles. Elle est plus résistante que le caoutchouc ou le cuir, mais elle ne permet pas un contact aussi souple avec la bouche du cheval.
. Le cuivre
C’est un matériau utilisé depuis très longtemps dans la fabrication des mors. Il stimule la salivation du cheval et, de ce fait, produit un effet décontractant dans la bouche du cheval. Le cuivre étant un matériau assez fragile, sa composition peut être associée à d’autres alliages pour améliorer sa solidité.
Si vous choisissez un mors en cuivre, préférez les mors pleins aux mors creux car ils seront beaucoup plus résistants dans le temps.
. Le cyprium
C’est un alliage composé de cuivre, d’aluminium et d’acier. On va bénéficier des avantages du cuivre avec un gain en terme de solidité.

 

4. Choisir un mors creux ou un mors plein


 

Le conseil de Michel Robert

"Je ne suis pas du tout adepte des mors creux, tout comme des mors en plastique. Le fait qu’ils soient très légers, n’incite pas les chevaux à prendre du contact. Pour avoir une bonne communication avec la bouche du cheval, il faut que le mors ait un certain poids. Si on a la possibilité d’utiliser un mors un peu épais, c’est une bonne chose car on va ajouter du poids, ce qui permet un contact plus franc et plus direct avec la bouche."

5. La taille des anneaux


Le conseil de Michel Robert
"Les grands anneaux sont censés mieux encadrer le cheval. Plus les anneaux sont gros, plus les rênes peuvent coulisser, donc cela peut induire des sensations un peu différentes dans la main du cavalier et dans le comportement du cheval. Mais là encore, c'est à tester. Pour autant, je pense que les anneaux classiques comme ceux qui nous utilisons pour le mors en cuir ou les mors brisés sont largement suffisants."

 

II. Le réglage du mors

Michel Robert préfère régler le mors plutôt bas. Pour autant, si le mors est réglé trop bas, il risque de toucher les incisives ce qui est très désagréable pour le cheval.
Si le mors est trop haut, il tire sur la commissure des lèvres. Outre le risque de blessures, cela finit par "anesthésier" le cheval et l'incite à ne plus répondre aux actions du cavalier.

 

Le conseil de Michel Robert
"Pour les cavaliers qui ont tendance à s’accrocher à la bouche, ou dans les cas où le cheval a été traumatisé dans sa bouche par de mauvaises expériences, je préconise fortement l’utilisation du licol éthologique en complément du filet. Pour les chevaux qui ont du mal à prendre le contact sur le mors, l’action de la main est adoucie par la pression du licol sur le chanfrein."

Monte en licol éthologique

 

III. Les différents types de mors et leurs effets

1. Les mors droits

L'action d'un mors droit s’effectue surtout au niveau de la langue et de la commissure des lèvres, ce qui préserve la zone sensible du palais.

. Le mors en cuir

C'est le mors préféré de Michel Robert. Constitué d’une matière organique, le mors en cuir est très bien toléré et peut convenir à tous les chevaux, quel que soit leur âge. Dans la version proposée par Michel Robert, c’est-à-dire uniquement composée de cuir, le mors humidifié par la mastication et l'humidité, va, à terme, épouser la morphologie de la bouche du cheval. Les bordures du cuir sont arrondies pour améliorer le confort du cheval et éviter les blessures de la commissure des lèvres.

 

Le conseil de Michel Robert

"J’utilise le mors en cuir depuis toujours. Je l'ai même utilisé aux championnats du monde. Mon père l’utilisait lui aussi pour ces chevaux d’attelage et aussi pour le débourrage. C’ est un mors très simple. J’ai essayé pratiquement tous les mors qui existent, mais celui ci reste mon mors de base. Je n’ai d'ailleurs jamais rencontré un cheval qui ne tolérait pas le mors en cuir, ni un cavalier qui n’en était pas satisfait. Ce mors peut convenir à tous les chevaux, même pour ceux qui tire. De toute façon, plus on essaye de mettre des mors durs, plus on a de chance de se faire embarquer. Un cheval pèse 500 kg et si il se met en colère contre l’embouchure, vous ne pouvez pas lutter."

. Le mors droit en caoutchouc

Souple et confortable, le mors en caoutchouc est bien accepté par la plupart des chevaux. Il est tout particulièrement indiqué pour les jeunes chevaux et les sujets ayant une bouche sensible. En revanche, le caoutchouc est un matériau assez fragile qui peut rapidement être détérioré par la mastication du cheval. Donc, bien surveiller l’état du mors afin de ne pas provoquer de blessures dans la bouche du cheval.
Il faut également éviter son utilisation avec les chevaux qui salivent très peu car le caoutchouc à tendance à chauffer, ce qui peut causer des brûlures de la langue.

 

2. Le mors de filet simple brisure ou mors chantilly



C’est le mors le plus classique, utilisé par tous les niveaux de cavaliers et lorsque le cheval ne pose pas de problèmes particuliers.
L’effet du mors sera plus ou moins intense en fonction de l’épaisseur des canons (voir le tableau des tailles ci-dessus)
S’il fait partie des mors les plus confortables, il faut néanmoins savoir que la simple brisure forme une pointe pouvant comprimer la zone très sensible du palais. D’où, dans certains cas, la langue qui passe au-dessus du mors.
Attention aux muserolles et noseband trop serrés qui maintiennent la bouche fermée et empêche le cheval de se protéger de la pression exercée sur son palais. (voir la vidéo ci-dessous)

 

3. Les mors double-brisure

Le double-brisure est à priori plus confortable que le mors simple brisure car il agit plutôt sur la langue que sur le palais. Il permet généralement d’obtenir plus de décontraction dans la bouche du cheval.
la pièce centrale peut être constituée de divers matériaux (résines, cuivre…) et de multiples formes (palette, boule…) pour inciter le cheval à jouer avec son mors et favoriser la décontraction. (voir la collection de mors décontractants dans la boutique)
L’association de métaux différents sur les canons et la pièce centrale est particulièrement bénéfique car elle stimule la salivation.

 

Le conseil de Michel Robert
"Que choisir entre un mors simple brisure ou double-brisure ? Personnellement, je n’utilise pratiquement jamais de mors simple brisure. La double brisure est beaucoup plus confortable et tout aussi efficace sans avoir les inconvénients du mors simple brisure qui forme une pointe et agresse le palais du cheval."

 

 

4. Le mors Verdun


Mors verdun
Le mors Verdun se présente comme un mors de filet classique, mais les anneaux sont en forme de D et ne coulissent pas sur les canons.
Comme le mors à aiguille, le verdun est souvent préconisé pour mieux canaliser les jeunes chevaux.

Le conseil de Michel Robert

"Les canons du mors verdun peuvent être de formes très diverses, mais c’est la forme des anneaux qui en fait sa spécificité. En terme d’effet, il est assez proche du mors à aiguilles. Il permet d’éviter les blessures au niveau de la commissure des lèvres. Par contre, il faut veiller à ce qu’il soit bien ajusté car il peut pincer la joue contre les dents du cheval."

5. Le mors à aiguilles


Les anneaux sont prolongés par une branche verticale qui permet de stabiliser le mors dans la bouche du cheval. Le mors à aiguilles est souvent préconisé pour les jeunes chevaux car il permet de mieux les canaliser, notamment dans les tournants. Les aiguilles évitent également que le mors sorte de la bouche lorsque le cavalier agit sur une seule rêne.
Les canons peuvent être recouverts de caoutchouc pour rendre le mors plus confortable.

6. Le mors à olives

Mors à olive
Les canons du mors à olives sont épaissis aux extrémités et fixés sur les anneaux.

 

Le conseil de Michel Robert
"Ce mors peut être utile pour les chevaux très sensibles au niveau de la commissure des lèvres. Personnellement, je ne les utilise pas car je préfère les anneaux coulissants qui donnent plus de souplesse dans le contact avec la bouche".

7. Le mors Baucher


C’est un mors qui, par son léger effet levier, facilite la cession de nuque. Il est assez dur et nécessite une bonne main de la part du cavalier. Il est à éviter avec les chevaux ayant tendance à s’encapuchonner.

Le conseil de Michel Robert
"Ce mors Baucher était très utilisé à une époque. Ce n’est pas un mors de base, mais il peut convenir à certains chevaux. Il agit plus fortement sur la commissure des lèvres qu’un mors double brisure classique et il est aussi plus rigide. Donc si c’est ce que l’on recherche, il est à essayer."

8. Le pelham


Le mors pelham est souvent indiqué pour mieux contrôler les chevaux un peu forts avec du sang. Il provoque plutôt un effet abaisseur lorsque les rênes sont fixées sur l’anneau du bas et légèrement releveur lorsqu’elles sont fixées sur le gros anneaux.
Plus les branches du mors sont longues, plus l’effet levier est important.
Le pelham peut être utilisé avec 2 ou 4 rênes. De même, il est possible de l’utiliser sans gourmette pour adoucir son action sur la bouche.
Vous pouvez aussi utiliser une lanière de cuir en remplacement de la gourmette métallique.

Le conseil de Michel Robert
"C’est une embouchure que j’utilise surtout en version caoutchouc rigide ou souple, selon les chevaux. Le pelham existe depuis très longtemps et n’est pas un effet de mode comme beaucoup d’autres mors qui apparaissent sur le marché et disparaissent au bout de six mois. Le pelham a toujours été utilisé en compétition et ce n’est pas pour rien.
Personnellement, je préfère l’utiliser avec 4 rênes pour mieux réguler l’intensité de l’action. Avec 2 rênes et des alliances, c’est aussi une option pour des cavaliers moins expérimentés qui ont des difficultés à manipuler 4 rênes.
Lors des phases de détente, j’utilise le pelham avec une gourmette très lâche pour favoriser l’attitude en extension d’encolure. Après l’échauffement aux trois allures et quelques sauts, si le cheval est un peu fort, je resserre un peu la gourmette et j’effectue mes demandes en utilisant d’abord les rênes de filet. Puis, si cela s’avère nécessaire, j’agis sur les rênes de bride. Il est certain que si on démarre directement la séance avec la gourmette serrée en sortant de l’écurie, le cheval se bloque sur la main et n’avance plus."

 

Réglage de la gourmette conseil de Michel Robert

Le conseil de Michel Robert

"En pelham, afin d’éviter le pincement de la commissure des lèvres entre le mors et la gourmette, je préconise de passer la gourmette dans l’anneau du mors."

9. Le mors Goyo Aga (ou mors espagnol)

Le mors Goyo Aga s’utilise avec une gourmette. Il se présente comme un mors classique mais les anneaux sont en forme de demi-lune munies d’encoches sur lesquelles on vient fixer les rênes.
Le goyo Aga fait partie des mors assez sévères et à ce titre, il ne doit pas être mis entre n’importe quelles mains.
Il est plutôt préconisé pour les chevaux très allants et difficiles à contrôler. Il permet d’obtenir plus facilement un effet d’abaissement de nuque.

 

Le conseil de Michel Robert
"Le mors Goyo Aga est un peu un intermédiaire entre un mors de filet et une bride.
Il peut être rigide ou articulé. Plus les rênes sont attachées basses sur les encoches du mors, plus on augmente l’effet levier et plus l’action devient forte. Si on attache les rênes au plus bas, on est presque comme directement sur un mors de bride, c’est donc un peu sévère. Ce mors est néanmoins intéressant pour faciliter la mise en main... à condition que le cavalier ait suffisamment de feeling et d'élasticité dans ses bras pour relâcher ses actions après chaque demande. La consigne est d'ailleurs valable quel que soit le mors utilisé".

10. Le mors releveur


 

Ce mors est censé être utile avec les chevaux sur les épaules qui ont tendance à s'appuyer fortement sur la main. L’objectif est d’inciter le cheval à remonter son garrot et à reporter du poids sur son arrière-main. Bien entendu, l’effet "rééquilibrage" ne pourra être obtenu que si le cheval possède une musculature et une souplesse du dos suffisante. Donc à éviter chez le jeune cheval ou les sujets mal préparés physiquement.
Le mors est fixé sur le filet par des montants en corde coulissants à l’intérieur de deux encoches situées sur les anneaux. Les montants de releveur ont une action sur la nuque par l’intermédiaire de la têtière du filet.
Ce mors demande une bonne main car il incite souvent le cheval à s’encapuchonner. Il est donc réservé aux cavaliers expérimentés.

Le conseil de Michel Robert
"Je n’utilise jamais ce mors. Je le trouve trop agressif pour les chevaux, même en version caoutchouc. Personnellement, je n’ai aucun feeling avec le mors releveur. Je sais que certains cavaliers parviennent à l’utiliser... mais je pense que cela correspond à une équitation différente de celle que je préconise."

11. Le mors Pessoa


 

Ce mors permet un placer plus haut chez les chevaux qui ont tendance à reporter du poids sur les épaules.
Il est possible de moduler la puissance du mors en fonction du placement des rênes sur les anneaux. En sachant que la position sur l’anneau du bas correspond à l’action la plus forte.
Il est également possible d’utiliser des alliances et de les fixer sur deux des trois anneaux.
Les cavaliers plus expérimentés peuvent aussi utiliser quatre rênes cela permet plus de possibilités en termes de réglage de la puissance du mors (Utilisation des 4 rênes : voir aussi la vidéo sur le mors pelham)

Le conseil de Michel Robert
"Le mors Pessoa est très utilisé aux Etats-Unis où l’on cherche des chevaux avec une attitude un peu haute. Je ne l’utilise pas du tout car je trouve que le mors Pessoa ne permet pas suffisamment de liant chez le cheval, surtout quand on veut lui demander une extension d’encolure. Si le cavalier ne cède pas suffisamment, les chevaux restent un peu figés et n’utilisent plus tout leur corps. En tout cas, son utilisation requiert une très bonne main".

12. Le mors Lhotte


 

C’est un mors surtout utilisé en dressage, plus rarement à l'obstacle. Il est très sévère et à utiliser par des mains expertes. Il s’utilise pour la monte en bride et uniquement accompagné d’un mors simple à anneaux.

13. L'hackamore



Ce n’est pas véritablement une embouchure puisque le cheval n’a rien dans la bouche. C’est plutôt un type particulier de bride qui agit surtout au niveau du chanfrein et du menton. Lorsque le cavalier effectue son action, la muserolle vient appuyer sur le chanfrein du cheval par effet de levier. Là encore, plus les branches sont longues, plus l’action est forte. 

Le conseil de Michel Robert

C’est une embouchure assez sévère et difficile à utiliser pour certains cavaliers car il faut garder le contact sur les deux rênes en même temps. Si on tourne sur une seule rêne, le hackamore tourne... mais pas le cheval. Pour autant, avec des branches courtes et du confort au niveau de la muserolle, il peut donner une sensation de tension dans le contact, ce qui peut être appréciable avec certains chevaux délicats.

IV. Les accessoires du mors

1. La gourmette

Elle permet d’augmenter l’effet levier et donc les contraintes sur la bouche du cheval. Plus la gourmette est serrée, plus la pression sur le maxillaire inférieur augmente et plus l’action devient sévère. L’utilisation d’un mors à gourmette est donc réservée aux cavaliers expérimentés possédant là encore une bonne main.
L’usage d’un protège-gourmette permet de rendre plus confortable le contact entre les mailles de la gourmette et l’os du maxillaire inférieur.

La pose et le réglage de la gourmette
Elle doit impérativement rester à plat lorsque les rênes sont en tension. Une gourmette vrillée est douloureuse pour le cheval et peut provoquer des blessures du maxillaire.
Il est donc impératif de vérifier son bon positionnement avant de vous mettre à cheval.

Le bon réglage de la gourmette
Il doit se faire rênes tendues. L'angle formé par la bouche et les branches du mors doit être d'environ 45 dégrés. 

La gourmette traditionnelle en métal peut être remplacée par une lanière de cuir. Une lanière d’éperon peut aussi faire l’affaire.

Le conseil de Michel Robert
« Personnellement, avec la gourmette, je préfère travailler avec 4 rênes, ce qui permet d’avoir plus de possibilités d’action. Je peux travailler uniquement sur le filet, ou à la fois sur le filet et la bride.
Je déconseille fortement : demander l’incurvation ou un tournant avec une action directe sur la rêne de bride : 100 % des chevaux se braquent ! »

2. Les alliances de mors

Ce sont des lanières de cuir permettant de relier 2 anneaux du mors et sur lesquelles on vient fixer les rênes. Les alliances de mors sont utiles lorsque le cavalier ne souhaite pas ou n’a pas suffisamment d’expérience pour utiliser 4 rênes. Les possibilités de réglages fins sont en revanche moins évidentes car la tension sera répartie de façon égale sur les 2 anneaux du mors.

3. Les rondelles de mors

Elles sont recommandées pour éviter le pincement de la commissure des lèvres dans les anneaux du mors. Les rondelles de mors protègent aussi des frottements et assurent un meilleur maintien du mors dans la bouche.
Ajoutons qu’elles peuvent être utiles pour réduire l’espace entre les deux anneaux lorsque le mors est un peu trop large.

 

VI. L’entretien du mors

Un mors doit impérativement être lavé après chaque utilisation. Cela évite les amas de salissures qui durcissent et créent des aspérités irritantes pour la commissure des lèvres du cheval. C’est aussi un foyer de bactéries susceptibles de provoquer des infections.
Concernant les mors en cuir, vous pouvez les assouplir en les trempant dans l’eau, de l’huile alimentaire ou de l’huile de paraffine.  C’est important lors des premières utilisations ou lorsque le mors n’a pas été utilisé pendant un certain temps et que le cuir a pris un aspect très sec. 

 

La conclusion...

 

Et un petit quizz pour le fun...