Pénélope Leprévost et la méthode Michel Robert | Horse Academy

Vous êtes ici

Pénélope Leprévost et la méthode Michel Robert

Mots-clés
penelope leprevost, méthode MIchel Robert, stage CSO, stage d'obstacle, stage équitation

Découvrez comment la méthode Michel Robert a participé à la réussite de Pénélope Leprevost, championne olympique de saut d’obstacles.

1- La vidéo de Pénélope Leprévost et Michel Robert

Pénélope travaille avec Michel depuis de nombreuses années et pour elle, cette collaboration est une véritable réussite, notamment dans la préparation de ses chevaux. Comme elle l’exprime très bien dans cet entretien : « La manière de faire de Michel peut même sauver la carrière de certains chevaux un peu fragiles. Une jument comme Jubilée aurait pu être une jument ordinaire, mais grâce à la technique de Michel est devenue une crack. En fait, les chevaux deviennent plus forts, plus de poussée, plus de propulsion...  Cliquez sur la vidéo pour découvrir la suite

 

2- L'interview de Michel Robert à propos de Pénélope Leprévost

Quel est le point le plus remarquable dans l’équitation de Pénélope Leprévost ?

Lorsque Pénélope est venue aux écuries pour la première fois, j'ai tout de suite remarqué qu'elle avait quelque chose de plus. Je me souviens qu’elle avait monté Auleto. Je connaissais ce cheval par cœur. Il était délicat, sensible, très respectueux. Avec lui, il fallait faire preuve de beaucoup de feeling et, à l’obstacle, savoir l’amener sur de bonnes places. Ce qui m’a vraiment impressionné, c’est que Pénélope a tout de suite réussi à s’adapter au tempérament et au physique d'Auleto. En quelques minutes, elle était déjà capable de sauter de gros obstacles. Une vraie démonstration ! Pour moi, ce qui faisait la différence, c’était surtout sa position et sa détermination.

Pénélope et Auleto (mars 2006)
Première séance de travail avec Michel Robert

Fais-tu travailler Pénélope Leprévost régulièrement ?

Aujourd’hui, je me rends dans ses écuries plusieurs fois par an, en fonction de mes disponibilités, de ses demandes et de nos programmes de concours respectifs.
J’interviens le plus souvent pour régler des problèmes spécifiques sur ses chevaux. La plupart du temps, je les monte pour mieux analyser la situation et montrer la solution à Pénélope. Les problèmes proviennent souvent d’une petite action de trop ou d’incompréhensions qui ne se sont pas bien tolérées chez les chevaux très sensibles. Pénélope peut alors se rendre compte qu’il est possible de résoudre les problèmes en demandant les choses différemment.

Que travaillez-vous en priorité ? 

Nous passons beaucoup de temps à travailler les bases sur le plat. Quand les problèmes sont résolus en amont, c’est beaucoup plus facile à l’obstacle.
Avec les chevaux les plus compliqués, nous travaillons à la longe. C’est important d’analyser leur fonctionnement naturel, sans les interférences liées à la présence d’un cavalier sur leur dos.

Michel Robert, Pénélope Leprévost et Ratina d'la Rousserie . 2013

Parmi ces chevaux délicats que nous avons beaucoup travaillé à pied, je me souviens de Ratina d’la Rousserie. Une jument avec laquelle Pénélope a gagné le Grand prix de Cannes en 2015. Ratina est restée au travail dans mes écuries tout un hiver. Elle avait un physique un peu particulier, mais aussi un caractère bien affirmé. Il fallait prendre en compte les deux à la fois, tout en la gardant dans le confort et sans faire remonter à la surface les mauvais souvenirs qu’elle avait connu par le passé. (Vidéo d'une séance de travail en longe de Ratina).

 
Avant Ratina, Il y a eu aussi Jubilée d’Ouilly. Une jument très délicate avec laquelle Pénélope a gagné des coupes des Nations et des Grand prix. Nous avons fait un gros travail sur cette jument. Une fois encore, il a fallu composer avec son physique un peu compliqué et un tempérament de gagneur qui n’accepte pas facilement la contrainte. La moindre incompréhension était source de problème. La jument avait surtout un dos délicat, très sensible. Comme souvent avec ce type de chevaux, la priorité est de les rendre plus forts physiquement et mentalement. Lorsqu’on y parvient, le cheval peut rester dans son confort même lorsqu’il doit supporter les efforts imposés par la compétition de haut niveau.

Quels conseils peux-tu donner à tous ceux qui souhaitent s’inspirer de l’équitation de Pénélope Leprévost ?

Comme je l’ai évoqué précédemment, le plus remarquable chez Pénélope, c’est sa position. Cette introspection et cet investissement dans le travail sur son attitude et ses actions, est une grande qualité que l’on retrouve rarement chez les cavaliers. La tendance est plutôt de se focaliser sur le cheval et sur l’obstacle.
Sur Horse Academy, vous trouverez de très nombreux exercices pour travailler votre position. Je vous invite à les regarder et à vous imprégner de toutes ces bonnes attitudes qui vont constituer des images de références dans votre mental. C’est aussi comme cela que l’on progresse. Lorsqu’on vous apporte directement la solution, cela évite de prendre de mauvaises habitudes dont on a toujours du mal à se débarrasser par la suite.

Et pour en revenir à l’équitation de Pénélope, il faut aussi des heures de travail et de présence avec les chevaux. Avec comme objectif de les renforcer dans leur physique et leur mental pour en faire des gagnants.

En concours, qu’est ce qui fait la différence entre Pénélope Leprévost et les autres ?

Lorsque Pénélope est en piste, toutes ses pensées sont centrées sur son attitude et sur son parcours. Rien d’autre ne compte. Dans sa tête, elle élimine tout ce qui n’a rien à voir avec ce qu’elle est en train de faire.
Et comme tous les grands champions, elle croit beaucoup dans ses décisions et dans sa réussite. Ça aussi c’est important !

Finalement, quelle qualité faut-il avoir pour progresser ? 

Être ouvert, à l’écoute, capable de mettre en application et de répéter les grands principes de bases de l’équitation. Mais pour cela, il faut accepter de changer ses habitudes. Nombreux sont ceux qui sont d’accord pour changer mais qui, finalement, n’essayent pas vraiment.
En tout cas, je constate que les très bons cavaliers que je fais travailler ont tous un point commun : leur capacité à changer rapidement leur comportement, leur façon de faire, à s’adapter à une nouvelle position, de nouvelles actions… Quand on se fait une priorité de vouloir changer, on finit toujours par y arriver !

Propos recueillis par Karine Cante, le 2 novembre 2018 . Equita Lyon


 Découvrez toutes les formules d'abonnement